Acheter un cheval

Pour acheter un cheval, il faut d’abord se rendre compte de diverses choses. L’achat du cheval est un pourcentage très réduit des dépenses totales que nous coûte un cheval durant toute sa vie.

En effet, il faut prendre conscience que la pension d’un cheval coûte chère (environ 350 euros tous les mois) qu’il faut ajouter à cela le ferrage (environ 80 euros), le vermifuge (environ tous les 3 mois).

Si jamais vous décidez de votre cheval sera chez vous, il faudra aussi faire son box, mettre la paille et le foin tous les jours, lui donner à manger (matin, midi, soir) ou qu’il soit en pré et soit nourri le matin et le soir, et qu’il ait de l’eau à volonté.

De plus, les dépenses vétérinaires en cas de maladie sont importantes et arrivent à n’importe quel moment.

Si on comptabilise la totalité des dépenses sur un an, on se rend bien compte qu’acheter un cheval n’est rien en termes de dépenses par rapport au reste des dépenses durant toute la vie du cheval.

Il faut donc nécessairement réfléchir longuement sur l’achat du cheval car c’est un engagement de longue durée.

De plus, il est important de prendre soin de vérifier que le cheval est en bonne santé. Pour cela, il est nécessaire de faire une visite vétérinaire et de faire des radios pour vérifier que tout est bon par rapport aux aplombs à la santé générale et aux articulations du cheval.

De plus, lorsque vous serez en contact avec le vendeur, il sera important de demander la raison de la vente de l’équidé. Certaines fois, la vente est liée à un problème de santé du cheval, surtout si le prix de vente est très bas par rapport au marché. Bien sûr, s’il y a des soucis, le vendeur malhonnête ne vous dira rien. Mais un vendeur honnête sera transparent sur le cheval et sur ses qualités et défauts.

Il faut toujours demander l’avis des professionnels sur le cheval. En effet, lorsque vous décidez d’acheter un cheval, il faut prendre en compte votre niveau, l’âge du cheval, son caractère, ce que vous voulez faire avec le cheval (du loisir, de la compétition sportive etc.). Un professionnel saura ce qu’il sera mieux pour vous par rapport au cheval. Mais, certaines fois le coup de cœur est là et, même si cela ne correspond pas totalement à votre espérance première, c’est le coup de cœur. Cela arrive souvent, lorsque vous avez travaillé un cheval durant un moment et que vous l’appréciez beaucoup.

Mais, il ne faudra jamais oublier cela : « À jeune cavalier, vieil cheval et à cavalier d’expérience, jeune cheval ».

Il faudra bien faire attention au futur mode de vie du cheval car un cheval de Camargue par exemple sera plus rustique et pourra plus rester en pension pré plutôt qu’un cheval pur sang qui a toujours fait du box auparavant.

Avant de signer un contrat et d’acheter un cheval, il est important et nécessaire de le tester sur différentes situation à pied et monté. Son comportement va donc se révélé et vous pourrez juger par vous-même de votre sensation à cheval et de sa façon d’être. Vous devrez d’ailleurs demander une période d’essai d’au moins une à deux semaines pour voir réellement le comportement du cheval. En effet, des vendeurs malhonnêtes peuvent cacher des défauts du cheval par des médicaments (calmants par exemple sur un cheval excité). En testant le cheval sur plusieurs semaines, cela vous permet de réellement voir le cheval tous les jours et de savoir comment il est. En effet, le jour de l’essai il peut aussi se comporter différemment des autres jours (un équidé n’est pas une machine pareille d’un jour à l’autre).

Enfin, quand vous décidez d’acheter un cheval, il faut que le propriétaire vous donne le carnet signalétique du cheval avec sa carte de propriétaire et une facture ou un contrat confirmant bien sur papier que vous avez acheté le cheval.

3 conseils pour faire de son poulain un futur champion
L' »andalou » devient le « pur race espagnole »